groupes

Les groupes de parole

Dans les groupes de paroles, le plus difficile c’est les cinq minutes avant de passer la porte.

Vous appréhendez et c’est bien normal. L’effet bénéfique est immédiat.

Imaginez huit personne qui vous acceptent, huit personnes qui vivent la même chose, vous l’incomprise. Vous n’êtes donc plus seule, huit personnes qui savent et vous n’avez plus à faire semblant.

Vous avez quelque chose à leur dire de votre expérience, elles ont toutes vécu quelque chose que  vous serez  contente d’apprendre, la sympathie peut venir car les masques sont tombés,  à quoi serviraient-t-ils dans ce lieu?

Certaines seront plus avancées sur le dur chemin de la guérison. C’est de l’espoir à prendre, comme à d’autres vous saurez  en donner.
C’est un lieu  » d’intelligence » de la maladie où vous pouvez parler et être entendu .

 

Sortir du déni

Ces échanges permettent de sortir de l’isolement créé par la maladie, ainsi que de favoriser l’expression émotionnelle souvent mise à mal dans les troubles alimentaires. Le groupe permet enfin de découvrir ou de comprendre un peu plus le fonctionnement du trouble : étape indispensable qui favorise le chemin vers la guérison.

On voit si bien chez les autres ce qu’on ne voit pas chez soi.

 

Et pourquoi pas un lieu sans médecin :

C’est aussi un endroit d’échange, de conseil, de soutien fait par d’autres personnes que des médecins. Les liens que vous réussirez à créer sont ceux qui vont vous permettre de vous sentir mieux et de guérir plus vite. Ces groupes peuvent constituer la premier étape pour aborder sans engagement la structure.

 

Le psychologue présent est votre allié :

  • Il assure la pondération des débats,
  • Fait respecter la discrétion, la confidentialité et l’anonymat,
  • Veille à la liberté de parole et de silence de chacun,
  • Apporte de l’information et organise les thèmes que vous aurez choisis.